La notion de fonds perdus en assurance

Menu de mon-assurance-deces.fr ≡

Bienvenue pour ce 12ème épisode de mon-assurance-deces.fr, la thématique abordée est la notion de fonds perdus dans l’assurance décès.

Les fonds perdus, l’origine de ma vocation à l’assurance

Après des études supérieures en mathématiques, je vous avais déjà dit que le Français était mon point faible, c’est bien cette notion de fonds perdus qui m’a attiré vers l’assurance.
A l’époque j’étais jeune, beau, pas fainéant mais à la recherche d’un métier ou l’on peut gagner beaucoup d’argent sans trop travailler.
Ayant entendu parler des assurances à fonds perdus et que certaines ne l’étaient pas, je me suis dit, s’il y a autant de personnes qui payent des assurances à fonds perdus, tu vas trouver l’astuce pour récupérer cet argent, vu qu’il est perdu, autant qu’il soit perdu dans ta poche.

La déception totale : l’assurance à fonds perdus est un simple abus de langage

Erreur de jeunesse ou mauvais choix de filière, j’aurai dû faire Français à la place des Mathématiques, mon esprit cartésien m’a joué des tours.
Quand on parle de fonds perdus c’est simplement qu’après la durée pendant laquelle vous êtes garanti, il n’y a plus aucune prestation.
Donc oui il y a bien une prestation tarifée qui dure jusqu’au terme de votre contrat et votre argent n’est absolument pas perdu, il sert en autre à payer les sinistres garantis mais aussi, ce qui est nettement plus agréable à mes yeux, nos commissions.
Cet abus de langage transposé dans la vie réelle peut paraître totalement absurde, je vous donne deux exemples :
•Chez mon artisan boulanger préféré, je rentre dans la boulangerie et je dis “Bonjour, j’aimerai une baguette bien cuite à fonds perdus s’il vous plaît".
Ne me regardez pas de façon bizarre, que je mange ou non ma baguette, mon boulanger ne va pas me la rembourser donc ce sont bien des fonds perdus, ce n’est pas grave j’aime le bon pain et il est même possible que ma baguette devienne du pain perdu à fonds perdus.
•Chez votre buraliste “Bonjour, une grille en flash et fonds perdus pour le prochain tirage du loto, s’il vous plaît”.
J’aime bien ce deuxième exemple, tellement il est possible de faire des parallèles avec l’assurance temporaire décès.
Votre récipissé de jeu, vous le gardez jusqu’au tirage tout comme vous gardez précieusement vos conditions générales et particulières jusqu’au terme de votre contrat.
La FDJ se vante que 100% de gagnants ont joué, en assurance c’est pareil 100% des bénéficiaires qui touchent un capital, ont une personne bienveillante à leurs égards qui s’est assuré.
Après il y a les gens qui pleurent car ils n’ont pas joué au loto le jour où leurs numéros fétiches sont sortis, en assurance c’est presque pareil sauf que l’assuré ne pleure plus car il est mort mais ce sont les potentiels bénéficiaires qui vont pleurer, surtout que la mort n’attends pas l’heure d’un tirage mais peut arriver à tout instant.
La différence, c’est qu’avec l’assurance temporaire décès vous êtes toujours 100% gagnants, si vous êtes en vie au terme, vous serez content d’être en vie et si vous décédez pendant la période garantie, c’est l’esprit tranquille pour l’aspect financier de vos bénéficiaires que vous partez vers l’infini et l’au-delà.
Mais dans tous les cas, vous conviendrez qu'on n’utilise pas le terme fonds perdus pour jouer au loto ou acheter sa baguette.
En assurance décès, on ne devrait pas non plus l’utiliser, c’est dégradant et humiliant car il y a vraiment une prestation en face du prix que vous payez.

La notion de fonds perdus en argumentation commerciale

En 2022,date de sortie de ce site, pour vendre une assurance décès, non conforme à notre définition je précise, malheureusement encore certains de nos confrères utilisent l’argument commercial suivant :
“chez nous ce n’est pas à fonds perdus”.
Quand on a compris que les fonds perdus n’existent pas en assurance, c’est un peu l’arbre qui cache la forêt, le vrai débat se situe sur le rapport tarifs/prestations, CGPN a développé le sujet sur assurance-mixte.fr.

Je vous remercie d’avance de ne plus parler de fonds perdus, mais bien de dire “aucune prestation en cas de vie au terme”, ce qui est techniquement plus juste, non dénigrant et compréhensible pour les matheux.
Le bon côté des choses est que sans ce quiproquo, vous ne me connaîtriez pas et n’auriez jamais entendu parler de CGPN.
Merci d’avoir été avec nous jusqu’à la fin de cet épisode et je vous donne rendez-vous pour la prochaine astuce qui concerne la durée optimale à choisir pour une assurance décès.